La mairie

Pierre Lacouture, le premier maire de Boucau et son adjoint Jean Baptiste Novion sont nommés dès septembre 1857. La première réunion du conseil municipal a lieu le 11 novembre 1857.
Tout est à créer, la commune ne possède aucun des bâtiments nécessaires à son fonctionnement. C’est dans la maison du maire (maison de maître située au-dessus de la place du marché) que se déroulèrent les premières séances du conseil municipal. Les premiers offices religieux sont célébrés dans la chapelle de la propriété de monsieur Laborde (maison Majesté).


Au centre la première mairie de Boucau

Pierre Lacouture étant décédé le 5/9/1874 à Boucau, la mairie doit trouver un autre local. Monsieur Auguste Laborde (son successeur nommé par le préfet le 16/12/1874) cherche dans Boucau une maison pouvant servir de lieu de réunion.
Dans sa réunion du 10 janvier 1875, le conseil municipal est informé par le maire : « …il s’est mis en rapport avec monsieur Pascal, propriétaire de Canelle, situé dans un point central et très convenable pour devenir le siège de la mairie, il a obtenu de ce propriétaire la location d’une vaste salle située au rez-de-chaussée de la dite maison pour un loyer annuel de 60 francs… » Le maire expose ensuite : « que la commune ne possède ni armoire pour les archives, ni tables, ni chaises, ni aucun des objets indispensables dans ce lieu, car tout le matériel existant à l’ancien local était la propriété de l’ancien maire. Il a dû racheter les objets pour un coût de 115 francs. »
Le 8/8/1875 on apprend que la maison Canelle a été vendue à monsieur Thubé, et que celui-ci veut augmenter le loyer payé pour la salle, soit 150 francs au lieu de 60. « En présence d’une augmentation aussi considérable, le maire a dû rechercher un autre local. S’étant mis en rapport avec monsieur Louge propriétaire d’une maison située juste à côté de la mairie actuelle, il a obtenu la location d’une salle pour 100 francs par an. »
En 1878 des discussions sont engagées avec monsieur Hilaire Chauvet (héritier de monsieur Lacouture) pour l’acquisition d’un terrain pour la construction d’une école comprenant une salle pour la mairie. Ce terrain est situé le long de la route qui va de Bayonne à l’église de Tarnos, c’est l’ancienne dénomination de la rue des écoles, devenue rue Lucie Aubrac.
Le 19/5/1878 nouvelle délibération : « Monsieur Chauvet s’engage à vendre à la commune pour le prix de 4000 francs, le terrain dont il s’agit, d’une contenance de 50 ares, avec cette réserve cependant, que la maison d’école sera bâtie sur ce terrain, c’est-à-dire que la commune sera autorisée d’y fonder l’établissement scolaire qu’elle propose d’y établir ».
Le 2/6/1878 le devis est présenté au conseil municipal : construction de l’école 16222,50 francs, acquisition du terrain 4000 francs, soit un total de 20222,50 francs. « Le conseil fixe la demande de subvention à 10000 francs, la commune devant emprunter 10000 francs ». La demande est examinée par l’administration et le 23 juin le sous-préfet envoie la lettre suivante :
« Monsieur le ministre de l’instruction publique et des beaux-arts a approuvé à la date du 21 juin dernier les plans et devis de l’établissement projeté. Il a accordé à la commune une subvention de 5000 francs et a fixé à 10000 francs le montant de l’emprunt à contracter par la commune à la Caisse des écoles. »
Le compte n’y est pas il manque 5000 francs, le maire intervient auprès de monsieur Chauvet afin qu’il baisse le prix de 500 francs. Ce dernier est d’accord à condition que le prix 3500 francs soit payé comptant. Tout ceci est confirmé par une lettre adressée au maire le 4 juillet 1879.
Finalement le conseil vote à l’unanimité la somme de 5022,50 pour complément de dépense à la construction de la maison d’école de garçons et salle de mairie.
Le 25 septembre 1879 a lieu à la sous-préfecture de Bayonne l’adjudication des travaux. Ce sont deux entreprises boucalaises qui feront les travaux, celles de Charles Cazalis et Laurent Labourdette.
Le 7 décembre 1879 les travaux sont en cours d’exécution. Le 27 juin 1880 les travaux sont en cours d’achèvement.  Il faudra attendre le courant de l’année 1881 pour que la mairie s’installe dans ses nouveaux locaux ainsi que le précise la délibération du 17 mai 1881 : « Demande d’installation d’une boite aux lettres dans le nouveau bâtiment communal ou est installée la mairie … »


La mairie dans les années 1960

Commentaires

Articles les plus consultés