Les maisons de Boucau en 1819 (2)

Suite de l'histoire de la maison de Gondrines

Au décès de Jean Baptiste Lalanne survenu à Tarnos le 3/7/1840, ses trois enfants se partagent sa succession, il s’agit de Pierre, Jean Baptiste et Jeanne Lalanne. Par acte de Duhalde le 2/3/1840, le bien de Gondrines est attribué à Jean Baptiste Lalanne. Après son décès le 13/6/1846 à Tarnos la maison est dévolue à son frère Pierre Lalanne, négociant à La Havane (Cuba). Au décès de ce dernier à Cuba le 26/6/1858, c’est sa sœur Jeanne Lalanne épouse de Martin Lannes, capitaine de navires, qui récupère le bien de Gondrines.
Le 22/10/1860 par acte retenu par Lanabère, notaire à Bayonne, la maison est achetée par Monsieur Antoine Edouard Caubet, négociant à Bayonne.
Le 24/2/1861 par acte devant Dhiriart, notaire à Bayonne la maison de Gondrines et les terres environnantes sont acquises par Jean Strudwich, maître d’hôtel à Aranjuez (Espagne) pour la somme de 16 600 francs.
Le 27/9/1862 le bien est acquit par Monsieur et Madame Loste par acte retenu par Dhiriart notaire à Bayonne pour le même prix.
Jean Baptiste Loste, capitaine de navires en retraite est décédé après avoir fait de son épouse son héritière, selon son testament olographe du 22/1/1848 déposé au rang des minutes de maître Serieyx, notaire à Bayonne le 14/4/1891.
Madame Loste, née Françoise Brasquet est décédée à Boucau, maison Gondrines, le 29/10/1893. Elle avait vendu la propriété de Gondrines en viager à Monsieur Georges Oscar Ramonbordes et Pauline Aimée Alphonsine Gombert son épouse, le 13/7/1892, moyennant une rente viagère de 1000 francs.


Voici les confrontations de la maison à cette époque : à Saldubéhère ruisseau entre eux, Favreau, Deycard, Voisin, Bonneton chemin vivinal entre eux, à Navarret et veuve Saldubéhère. Le bien est cadastré au Boucau section C, parcelles 429, 430 et 431. Il s’agit d’une maison de maître, autres bâtiments, cour, jardin et terres.
Georges Oscar Ramonbordes est décédé à Boucau le 3/6/1906, maison Gondrines. Il laisse pour lui succéder sa femme Pauline Aimée Adolphine Gombert et ses trois filles : Elisabeth Marguerite Ramonbordes qui épouse à Boucau le 8/1/1895 Jean Eugène Laborde, pharmacien à Toulouse ; Françoise Marie Ramonbordes épouse de Emile Bernard Calmon, officier, et Jeanne Gabrielle Ramonbordes qui épousera à Boucau le 28/12/1910 Pierre Damestoy, agent d’assurances.
Après le partage de la succession de Georges Oscar Ramonbordes devant Detchart, notaire à Bayonne le 30/9/1906, c’est Jeanne Gabrielle Ramonbordes qui hérite de la maison Gondrines.




Commentaires

Articles les plus consultés