Apollo (suite)

Les spectacles

Des spectacles aussi variés que nombreux se sont déroulés dans cette salle. Tout d'abord parlons des films. Certes il n'y avait pas ici d'exclusivités comme à Bayonne. Il fallait attendre en moyenne un an pour espérer voir un film à succès. Ces films étaient loués par contrat avec une chaîne de distribution. Par exemple : Sur une durée de six mois pour pouvoir passer trois ou quatre bons films, il fallait en prendre vingt d’un moindre succès.
L’Apollo était également conçu pour le théâtre et le Music-hall. Des artistes aussi prestigieux qu'André Dassary, Rina Ketty et Frédéric Lemarque, sont venus donner des concerts.  André Perchicot a été le premier à se produire à l'Apollo. C’était le dimanche 17 décembre 1938, les journaux de l'époque s'en sont fait l'écho:

« ...A plus de 30 ans d'intervalle, sur la place du vélodrome, Perchicot a retrouvé les faveurs du public boucalais. Bien qu'il ait abandonné son joli maillot à bandes blanches   et rouges pour revêtir l'habit, peut-être a-t-il eu l'illusion de n'avoir pas quitté les lieux de ses premiers succès et qu'il n'avait pas vieilli. Durant plus d'une demi-heure sur la scène, Perchicot a fait apprécier sa bonne diction, sa voix nerveuse et forte, sa verve gauloise parfois, mais jamais crue, et son art de souligner le trait qui porte. Répondant très gentiment, au désir souventefois exprimé par de nombreux spectateurs, il détailla quelques-unes de ses premières chansons qui le classèrent bien vite parmi les bons fantaisistes de France. Mais auparavant, avec des mots, des airs, des gestes, des attitudes et des rythmes, il avait communiqué à la salle avec allégresse. Son cocktail sur les puissances qui ont signé l'accord de Munich provoqua des rires et des applaudissements unanimes de l'affluence qui ne put dimanche se caser dans la belle salle de l'Apollo. »

Et puis en 1939 il y a un événement extraordinaire. L'Amicale Boucalaise (le Boucau-Stade) a l'idée, avec l'aide de deux éminents boucalais, Ferdinand Darrière (instituteur à l'école des Forges) et Aymard Duvigneau (dessinateur aux Forges), de créer une revue purement boucalaise. Ferdinand Darrière avait été le créateur l'année précédente de la chorale "Des Chanteurs de l'Adour". Cette chorale va fournir l'essentiel de la troupe de la revue. Ce spectacle est accompagné par le célèbre orchestre P.Dukass, il met en scène des personnages pittoresques de la vie locale, ainsi que des événements l'ayant marquée.




Le programme officiel nous donne les noms des vedettes locales.

« Une revue locale de Ferdinand Darrière et A. Duvigneau, sketch patois de P. Bompas. Les danses de M. Labouale réglées par Madame Mora, Orchestre P. Dukass. Piano d'accompagnement tenu par Melles Larralde et Larre, professeurs à Bayonne. Décors de M. Roland Bierge.
Les girls sont habillées par Madame Darrière
Les girls : Melles Abbadias, Anzano, Bichart, Casteits, Damestoy, Duprat, Etchechoury, Garatin, Gourdon, Heguy, Jolibert, Labat, Labenne, Larralde, Lassus, Luder, Nelson A, Nelson R, Peyrezubes, Sanchez, Saseta, Soriano, Verges, Velasco, Vignolle.
Les boys : Messieurs Bisbau, Dirassar, Lauqué, Millox, Réchou, Rodriguez, Rouvier, Vautrot.

Les girls de la revue Bonjour Boucau

La revue est un succès considérable, elle est jouée de nombreuses fois.

En 1949, après la période difficile que le pays a traversé, Ferdinand Darrière et Aymard Duvigneau produisent une nouvelle revue intitulée "Toujours Boucau" qui a autant de succès que la précédente.


Il y a également des représentations données par André Bégué et ses élèves. Ce professeur de musique non voyant a une cinquantaine d'élèves, et il se produit avec son école de musique tous les ans pour le plus grand plaisir des boucalais.
Bien sur le théâtre n'ést pas oublié à Boucau, ainsi les célèbres tournées Baret viennent y donner quelques spectacles, ainsi que plus près de nous Michel Bouquet.
En 1947 un spectacle un peu insolite a lieu sur la scène de l'Apollo. Jean Robic, cette année-là, gagne le Tour de France, pour mieux se faire connaître il effectue une grande tournée en France sur home-trainer. Il vient au Boucau. Trois de ses engins, des rouleaux qui servent aux échauffements des pistards, sont installés sur la scène. Ils sont surmontés de grands cadrans et de grandes aiguilles. Le vainqueur est celui qui effectue le plus vite le tour du cadran (Manuel Castiella « Boucau sur Bayonne »).

Le bar

Il fait partie du cinéma, en 1938 c'est Monsieur Alfred Darriberouge, le propriétaire de l’hôtel de la Terrasse qui loue la concession à la commune du Boucau. Le bar n'ouvrait qu'à l'occasion des entractes.
C'est Monsieur Viaud qui va réellement le créer en prenant « une grande licence » en 1948. Tour à tour les gérants en seront les familles Rosolin et Etchenique. Monsieur et Madame Desmoulins vendront le fonds de commerce du bar à Monsieur et Madame Désarménien le 2 décembre 1966. Pierre Désarménien dit "Mayenne" fut l’entraîneur du Boucau-Stade lors de sa remontée en Première Division en 1970.

Le bar s'étendait devant l'Apollo pendant les fêtes de Boucau

La salle des fêtes:

Avant la guerre on y a surtout organisé des meetings politiques.
En 1940, les Allemands envahirent notre cité, ils y réquisitionnèrent tous les immeubles publics, pour y cantonner leurs troupes. Le collège Henri Barbusse (de construction récente, il avait été inauguré en 1935) fut investi. Il fallait trouver une solution, on décida de transporter l'école dans la salle des fêtes. Mais il fallait l'aménager, c'est ainsi que pendant l'été 1940 l'entreprise Daramy met en place des cloisons de façon à pouvoir installer cinq à six classes. La maternelle occupant les locaux de la bibliothèque.
A la Libération, la salle fut transformée en mairie annexe, pour y assurer la délivrance des cartes d'alimentation, et surtout la distribution mensuelle des tickets.

La bibliothèque

Elle est inaugurée le 23 mai 1948. Voici l'extrait de la délibération du Conseil Municipal à ce sujet:

« ...A 10 heures à la mairie, en présence du Conseil Municipal et des personnels invités, a eu lieu la réception de René Arthaud député du Vaucluse, ancien ministre de la Santé Publique. Puis le Maire, le Conseil municipal et toutes les personnalités se sont rendus en défilé avec en tête la clique boucalaise, à la salle des fêtes, ou a eu lieu l'inauguration      de la bibliothèque et du cercle d'étude populaire. Ensuite dans la salle de bal, le maire a prononcé une courte allocution suivie d'un discours de René Arthaud. Après cette manifestation un vin d'honneur a rassemblé le conseil municipal et les invités. Le livre d'or de la commune a été inauguré et signé par Albert Mora député des B.P., Etienne Landaboure Conseiller de la République, et René Arthaud député du Vaucluse et ancien ministre de la Santé Publique. Pour clôturer cette inauguration, un repas a été offert par la municipalité à quelques invités."

Commentaires

Articles les plus consultés