La place Sémard (1)

La photo date du début du 20ème siècle. Voici les différents commerces de droite à gauche.

Tout d'abord nous trouvons la Poste à l'emplacement actuel du salon de coiffure. La poste a été créée à Boucau en 1886 dans un local appartenant à MM Thubé et Destrac (actuel bar l'Estival) nous en parlerons à l'occasion de la mise en ligne d'une nouvelle carte. A partir de 1895 la poste change de local, car MM Thubé et Destrac veulent louer à un commerce plus rentable. Finalement c'est l'immeuble appartenant à monsieur Rogers qui est choisi, le loyer est de 400 francs par an, à la charge de la commune. En effet dans une délibération du 14/12/1894 on peut lire: " La commune s'étant engagée à fournir e local de la poste pendant 18 années, l'administration ne participera pas aux frais de cette location." Le bail a été conclu pour 9 ans à compter du 1/6/1895. Dans une délibération du 2/8/1903 nous apprendrons que la poste a déménagé pour un autre local, sans prévenir la municipalité, nous y reviendrons. On peut donc dater cette carte entre 1895 et 1903.

Le commerce suivant est l'épicerie Bayonnaise, la maison appartient à Jean Baptiste Destrac, vérificateur des poids et mesures, domicilié à Biarritz époux de Marie Lucie Sallenave et beau-frère de Jean Alexis Thubé. Le fonds de commerce appartient à François Gueraçague, marchand épicier, qui possède une épicerie similaire à Bayonne, 11 rue Poissonnerie. Dès 1914 c'est Paul Dupacq qui prend la suite du commerce. L'épicerie Dupacq fonctionnera jusque dans les années 1960.

On trouve en suivant la boucherie Bonpas tenue par Jean Bonpas, né à Saint Cricq du Gave. Il achètera la propriété du Pont-Neuf (située au-dessus du cimetière). Son fils Pierre Bonpas vendra Pont-Neuf à la famille de Saint-Etienne. Après la guerre de 1914 Isidore Camberabero sera le nouveau boucher pour de nombreuses années.

Le bureau de tabac existe à cet emplacement depuis très longtemps. A l'époque de la photo c'est Cyprien Latapie qui y est buraliste. Il est décédé au Boucau le 20/9/1912. Le 4/4/1913 le Courrier de Bayonne nous informe que Jean-Baptiste Celhay (buraliste à Saint Palais) succède à monsieur Latapie. Il n'est autre que le père de Maurice Celhay (né en 1911 à Saint-Palais), rugbyman célèbre de l'Aviron Bayonnais. 
Après l'impasse se trouve la maison de Milhet (actuel crédit agricole) au rez-de-chaussée la mercerie de monsieur Couret et à l'étage le salon de coiffure de Martin Cazenave qui va déménager et s'installer à la place du bureau de poste. En 1920 Martin Cazenave louera même, en plus, le premier étage de la maison.

Sources: Site GBA, Archives médiathèque de Bayonne (Courrier de Bayonne), documentation personnelle.


Commentaires

Articles les plus consultés