La place Sémard (4)

La maison La Cantine

Il s’agit de la belle maison bourgeoise située derrière la place Peri.

Cette propriété s’appelait au début du 18ème siècle Jean de Barre, en 1741, elle appartenait, après bien des procédures, au Pilote Major Dominique Sallenave. C’était l’époque des grands travaux sur la barre de l’Adour. Près de 900 personnes y travaillaient. Il fallait les nourrir, on afferma donc la maison de Jean de Barre pour servir de cantine. Ce nom lui est resté et on en trouve encore trace dans les deux cadastres de 1810 et 1852. A la mort d’Arnaud Sallenave, le 14 vendémiaire an X (6/10/1801), la propriété revint aux consorts Labadie : Jeanne, Etiennette, Marie et Jean Baptiste, enfants de Marie Sallenave, sœur d’Arnaud et femme de Pierre Labadie capitaine de navires (le couple s’était marié dans la chapelle de Boucau). La maison est achetée le 30/7/1823 par Pierre Lacouture, entrepreneur de travaux publics et Marie Lallemand conjoints. L’acquisition est faite moyennant 4000 francs. Pierre Lacouture est né à Tarnos le 31/12/1787 de Pierre et de Marie Duboy. Il s’est marié à Tarnos avec Marie Lallemand. De cette union sont issues deux filles : Jeanne né le 5/8/1811, morte au Boucau le 12/12/1862 et Marie née le 25/4/1813 et morte à Madrid le 1/7/1868. 

Pierre Lacouture est conseiller municipal de Tarnos depuis le 14/3/1822, il est nommé maire de Tarnos le 15/11/1846, poste qu’il occupera jusqu’au 14/9/1857, date de sa nomination comme maire de Boucau. La commune de Boucau n'ayant pas de maison commune, c'est le logement du maire qui fera office de mairie. A sa mort au Boucau le 5/9/1874, il en est toujours le maire. Ce sont ses petits enfants, issus du mariage de sa fille Marie avec Jean Hilaire Chauvet qui se partagent sa succession. Il s’agit d’Hilaire Chauvet né le 3/3/1834 et d’Elisa née à Tarnos le 10/11/1838. Hilaire meurt célibataire le 17/4/1887 à Boucau. Tous ses biens reviennent à sa sœur Elisa qui s’est mariée à Madrid avec Lorenzo de Olave. Madame de Olave est morte au Boucau le 29/10/1928, ses enfants Mme de Tejada et Jean Leon Romain de Olave sont ses héritiers. La maison appartient actuellement aux héritiers du docteur Doit.


Ici à droite le portail d'entrée de la maison Cantine, plus loin l'hôtel de la Terrasse, avec devant la place Péri, où se tient le marché hebdomadaire

Sources: Site GBA, Archives notariales, Documentation personnelle

Commentaires

Articles les plus consultés